mercredi 7 octobre 2015

Hommage à Elisabeth Jacob, ancienne professeure du lycée, déportée à Auschwitz

A l’occasion de la Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation, le maire de Fontenay-aux-Roses a dévoilé une plaque à la mémoire des élèves et professeurs de l’Ecole Normale Supérieure de Fontenay, victimes de la Seconde Guerre mondiale. Parmi elles, Elisabeth Jacob, ancienne professeure au lycée Rascol (plus exactement à la SUP), déportée et gazée à Auschwitz en 1944. A cette occasion, Marylise Folch, professeure de Lettres et d'Histoire Géographie au lycée Rascol, a retracé sa vie lors d'un discours et a publié un article dans La revue du Tarn (cliquez sur Plus d'infos). 
Monument aux morts du Lycée Rascol

Elisabeth Jacob

Hommage à Elisabeth Jacob, assassinée à Auschwitz le 30 mars 1944

Le dimanche 26 avril 2015 la ville de Fontenay- aux - Roses s’est souvenue des anciennes élèves de l’Ecole Normale Supérieure. Parmi elles, Elisabeth Jacob Professeur de Mathématiques Physiques, dont le premier poste en 1916 fut l’ancêtre du Lycée Louis Rascol, l’école  Primaire Supérieur de garçons. Son nom est inscrit sur le Monument aux Morts de la Cour d’honneur. En 1940 exclue de l’enseignement à cause des lois antisémites du gouvernement  de Vichy elle était revenue à Albi, travailler dans des établissements privés. Dénoncée par un albigeois « délateur misérable et décoré » de la guerre 14-18 comme l’écrira le Marquis d’Aragon, résistant tarnais du groupe Combat, elle sera déportée avec sa mère et son frère Emmanuel journaliste, à Drancy puis à Auschwitz Birkenau où elle sera gazée dès son arrivée, assassinée le 30 mars 1944. Avec Edith Bernheim, élève réfugiée à Albi qui fut une de ses amies et que j’ai rencontré en 2006 nous étions heureuses ce dimanche  de faire connaître l’histoire d’Elisabeth et à travers elle les histoires croisées d’hommes et de femmes broyés par « l’Histoire avec sa grande hache » comme disait l’écrivain George Perec.  La cérémonie de cette Journée nationale du souvenir des victimes et héros de déportations a débuté à 11 heures en présence des autorités  et  fut suivie du dévoilement de la plaque par Edith et Laurent Vastel, maire de Fontenay aux Roses.  J’ai raconté le parcours d’Elisabeth et, après la minute de silence, nous avons écouté la 4ème sonate « Allegro vivo » du compositeur Dom Clément Jacob, frère d’Elisabeth, qui vécu au monastère tarnais d’En Calcat.  Au cours du vin d’honneur dans les salons de la Médiathèque furent projetés photos et documents concernant la famille Jacob que j’avais apportés afin qu’elle soit connue dans cette ville où elle avait appris son métier dans cette Ecole Normale novatrice comme le furent ces écoles. 
Marylise Folch







Devant la plaque : Emmanuelle Billon, fille d’Edith, Laurent Vastel, Maire de Fontenay, Edith 

Bernheim, Marylise Folch et Philippe Ribatto, Maire adjoint, Devoir de mémoire, Correspondant 

Défense de Fontenay.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire