lundi 22 mai 2017

Un quatuor fait briller le « Goblox » aux "Olympiades des Sciences de l’Ingénieur"

Les 2 Florian, Maxime, Gabriel sont quatre élèves en terminale S-SI du lycée Rascol. Le 3 mai dernier, dans l'enceinte de l’ISAE-SUPAERO à Toulouse, leur Goblox, «une machine géniale qui a pour but d'automatiser la récupération de gobelets consignés dans des événements à des endroits stratégiques tels que les buvettes ou sorties», a décroché le prix de la « Meilleure Réalisation » aux Olympiades des Sciences de l’Ingénieur.
Débuté en septembre, ce projet aurait logiquement dû leur coûter uniquement les 72 heures de projet théorique effectué en cours. « Mais, ils ont voulu aller au-delà et ont ajouté 400 heures de travail assidus en plus à la maison, durant les week-ends et une partie des vacances, a souligné hier Gilles Jaurou, l'un de leurs enseignants en sciences de l'ingénieur avec Antoine Castano et Isabelle Joany-Cayrac. Le Goblox achevé ne faisait pas partie du cahier des charges. Au final, on a présélectionné quatre champions du monde et on a proposé leur projet aux Olympiades des Sciences de l’Ingénieur. De mémoire de professeur à Rascol, je n'avais jamais vu un travail aussi réussi depuis 17 ans. Ils sont partis de zéro et ont tout réalisé quasiment dans notre dos. L'armature métallique a vu le jour dans un de leurs garages et beaucoup de pièces grâce à une imprimante 3D.»
Le Goblox va-t-il déboucher sur une réalité concrète à l'avenir. « C'est un prototype dont on a pu mesurer les limites, glissent les petits génies. On a aussi conçu une appli pour smartphone qui affiche en temps réel le nombre de gobelets propres et sales et la monnaie restante. On va essayer de l'améliorer, d'augmenter la capacité de stockage et de le proposer dans des festivals. »
Et pourquoi pas un coup d'essai gagnant au prochain « Pause Guitare ». A bon entendeur...
J.R.
Article tiré de "La Dépêche" du 12 mai 2017


"Goblox"

La jeunesse innove au lycée Louis Rascol


Quatre lycéens de Rascol décrochent le prix de la meilleure réalisation aux olympiades des sciences à Toulouse. Gabriel, Maxime et les deux Florian, lycéens en terminale scientifique option sciences de l'ingénieur au lycée Rascol viennent de décrocher le premier prix du jury aux olympiades de Toulouse.

Tout le monde a été stupéfait de découvrir leur Goblox. Ceux qui ont participé à des festivals connaissent les célèbres gobelets consignés que l'on peut aussi retrouver sur nombre d'autres évènements. "Complot sur le campus" en a rêvé, eux l'ont fait. Un distributeur de gobelets consignés qui sert de récupérateur pour les gobelets usagés, qui rend monnaie et gobelet propre. Fini les sorties de concert où l'on n'arrive trop tard pour rendre son gobelet. Mais ces quatre jeunes ont fait fort. Là où les programmes scolaires demandent de monter un projet théorique avec maquette ou modélisation, eux, ont pris sur leur temps libre pour réaliser entièrement leur Goblox allant jusqu'à pousser la finition à un niveau de design quasi artistique. Pour en arriver là nos quatre graines d'ingénieur ont passé plus de 400 h de travail, au lieu des 72 h prescrites par l'Education Nationale. "Tout y est passé, vacances, week-end, ... », A noter que même en école d'ingénieur la réalisation n'est pas demandée. Ce projet ils ont choisi eux-mêmes de le pousser plus loin. Pour résumer la situation, le proviseur déclare: "c'est comme si on leur avait demandé une' dissertation, mais que eux nous ramènent un roman et qu'en plus celui- ci gagne un prix littéraire." La goblox a la capacité de contenir 150 gobelets propres et 130 sales. Ceux-ci sont marqués d'un code barre configuré pour la machine afin de permettre leur récupération. Mais c'était trop facile de s'arrêter là et nos ingénieurs en herbe ont élevé le niveau en développant une application permettant aux organisateurs de voir par Bluetooth et en temps réel le degré de remplissage de la machine afin de pouvoir anticiper son rechargement, De nombreuses pièces proviennent de l'utilisation que ces jeunes ingénieurs ont fait d'imprimantes 3D. A Toulouse ils se sont retrouvés en concurrence avec une tren- taine d'autres projets et ont dû faire face à un jury composé de membres du monde des sciences et de l'industrie. Jury qui a tout de suite adoré, pour finalement leur décerner le prix de la meilleure réalisation. Mais pour eux tout ne fait que commencer. « On réfléchit déjà à la possibilité d'adapter un panneau solaire afin de rendre autonome la machine. De plus, on compte bien augmenter la capacité de contenance de la Goblox." Pour l'heure ils ont déjà en tête l'année prochaine puisque l'un d'entre eux va intégrer un IUT et les trois autres vont rejoindre une prépa-intégrée.

la Valona

L'équipe reste modeste et a laissé une place pour que leurs camarades-concurrents puissent présenter aussi leur invention, ou plutôt amélioration, puisque l'autre équipe a cherché à améliorer l'idée du four solaire. On doit le four solaire à Alain Vivasse qui a obtenu de nombreux prix notamment celui du concours Lépine. Les lycéens ont choisi de développer son automatisation grâce à une application smartphone de leur conception. "Cela permet de gérer l'orientation en fonction du soleil ainsi que les réglages de température et de temps de cuisson." La Valona, comme ils l'ont nommé d'après les initiales de leur prénom, reste pour le moment incomplète puisque l'essentiel de la modélisation reste virtuelle. Mais leur choix de jouer sur le terrain du développement durable leur ouvrira les portes du vaste marché de l'écologie. Ils ont un bel avenir devant eux ...
Swann Bréard-Gomond
Article tiré du "Tarn Libre" du 19 mai 2017 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire